Monday, 28 December 2015

Τερψιχόρη

allégresse 
à trois temps

ubiquité désinvolte 
qui se prépare 
dans le tissu 
dont on fait le printemps


Saturday, 26 December 2015

on est arrivé

on est arrivé
à la limite illisible
du cœur

la lumière
s'enfuit dans tes pupilles
et s'accumule
dans l'ambre des îles

Friday, 25 December 2015

gaudium mundo

arrachée à la neige, 
la ville vacille
dans les jeux des enfants 
et les oriflammes 
en soie carmine



Thursday, 24 December 2015

E I D O S

vol erratique
à travers
les nervures
de l'oubli

le poème
aux épines du sel
le plus vivant,
le plus clair


Sunday, 20 December 2015

io le sapevo

io le sapevo
le armonie lente
ci seguono
nelle ultime ore
delle nuvole

adesso è il momento
di scegliere
dove il sole divide
il mare,
il cielo



Saturday, 19 December 2015

solstitium

ouvrez grand
les fenêtres!

la rumeur du sud
s’élance vers
l'impatience des jours
et la sève du vertige


Thursday, 17 December 2015

tout au fond de la lumière

tout au fond
de la lumière,
l'ange d'écume
et de solitude

il prononce les mots
comme des vagues
sans mémoire
il sert plutôt la mer
que le crépuscule


Friday, 11 December 2015

est-ce d'ombre

est-ce d'ombre
ou de flèche?
le souvenir des cigognes


Thursday, 10 December 2015

à l'intérieur de chaque seconde

à l'intérieur 
de chaque seconde 
il y a un soleil 
ravagé par
la douceur inassouvie
des jardins



Monday, 7 December 2015

separados por la marea baja

separados por la marea baja
y la noche alta,
el recuerdo de tu nombre


Saturday, 5 December 2015

entre la rosée et la nuit

entre la rosée et la nuit,
nos rêves ont tissé
le langage indomptable
des feuilles

au-dessus de nos têtes
les cris des heures
commencent avec
l'existence du poème


Wednesday, 2 December 2015

all'ombra di un incontro

...e soprattutto c’era

questa distanza tranquilla
che è la traccia
di una illusione bianca
un mosaico di sguardi










Saturday, 28 November 2015

terra incognita

il neige,
la rigueur de l’âme
vient de se taire

plus proches
de nous-mêmes
on interroge
la couleur d'avril
et la pierre de lune


Monday, 23 November 2015

la mer mesure ses distances

la mer mesure
ses distances
aux échos complices
des navires

ceci est ton regard



Wednesday, 18 November 2015

tes cheveux d'ombre

tes cheveux d'ombre
montent à la hauteur
de la neige

ni aile, 
ni demeure

Friday, 13 November 2015

les chants du soir

les chants du soir
se sont lavés
dans la blancheur
de ton inquiétude

derrière nous,
la matière
indivisible
de la montagne
n'existe plus

---

the evening songs
were washed
in the innocence
of your worries

behind us,
the indivisible
weight of
the mountain
isn't there anymore


Sunday, 8 November 2015

j'ai froid

j'ai froid
dans l'éternité
dissimulée
des jardins,
dans la lumière
qui sépare
les eaux sans destin
de novembre


Tuesday, 3 November 2015

tu insistes toujours

tu insistes toujours
sur la précision
des mots

moi, sur la transparence 
qui s'installe à peine
dans l'orgueil
de nos pas

Saturday, 31 October 2015

il commence

il commence avec
ces miroirs
qui se ferment
dans les pleurs
des arbres

et le besoin
irrémédiable
de réconcilier
tous les points
de la sphère

---

it begins with
these mirrors
that close
in the tears
of the trees

and the irreversible
need
to reconcile
all points
of the sphere




Monday, 26 October 2015

les sonorités du temps

les sonorités
du temps
ne se confondent plus

au bruit léger,
tes pieds
touchent à peine
la moelle de la nuit


Saturday, 24 October 2015

speculum

(ton visage)

saisir le double jeu
de la lune,
blanchir la surface
de mon regard

---

(facies tua)

capere duplicem ludum
lunae
albare superficiem
oculorum meorum




Friday, 23 October 2015

mon nom

mon nom
(indéchiffrable)
se donne
aux ombres
du possible

comme la peur
éteinte
dans les fontaines
et le silence
de tes paumes

---

mi nombre
(indescifrable)
se da
a las sombras
de lo posible

como el miedo
apagado
en las fuentes
y el silencio
de tus palmas




Sunday, 18 October 2015

ton regard

ton regard s'incline
vers la tristesse
incompréhensible
des chênes

le bonheur passe
à côté de nous,
durci dans la mémoire
des oiseaux et des nuages
du crépuscule

---

your gaze bends
to the incomprehensible
sadness
of the oaks

happiness passes
next to us,
cast in the memory
of birds and the clouds
of dusk


Saturday, 17 October 2015

jeu serein

jeu serein,
librement dérobé
ne trompe pas ta soif
avec peu de mots

---

serene game,
freely stolen
don't trick your thirst
with very few words



Tuesday, 13 October 2015

séparation

entends-tu quelquefois
les deux mondes
que nos yeux attirent ?
dans l'air aigu,
l'archipel fugace et
le galop du Pégase

---

do you ever hear
the two worlds
that our eyes attract?

in the thin air,
the fleeting archipelago
and the gallop of Pegasus




Monday, 28 September 2015

ainsi, on se croise

ainsi, on se croise
dans les yeux verts
de la pluie

cette cérémonie
irréductible
qui donne du sens
à la cadence avide
des racines

---

thus, our ways cross
in the green eyes
of the rain

this ultimate
ceremony
that fills the avid pace
of roots
with meaning


Saturday, 26 September 2015

canto lento

la nuit effondrée
dans la chronologie de tes pas
le repère est toujours là
ce rêve, un peu plus opaque
sur le chemin noir du désir

--

night fallen
in the chronology of your steps
the mark is still there
this dream, a little more unclear
on the black path of desire


Tuesday, 22 September 2015

morning glory

morning glory peeking
through the bamboo fence,
only one look

---

belle-de-jour furtive
à travers la grille de bambou,
un seul regard



Saturday, 12 September 2015

transience

le soleil
coulant
sur de fines lames
de glace

ce tissu très serré
appuyé sur
un incessant
réveil

---

the sun
flowing
over thin strips
of ice

this very tight fabric
pressed against
an incessant
awakening


Wednesday, 9 September 2015

la nuit

la nuit vit au fond
de nos poitrines
et multiplie ses distances
dans la ferveur du verbe

la nuit est faite
de signes
qui traînent
sur ton sourire


night lives inside
our chest
and multiplies its distance
within the fervor of the verb

night is made
of signs
that linger
in your smile



Saturday, 5 September 2015

tu es ici

tu es ici,
comme auparavant
devant cette porte
opulente, immobile

au bout de mes doigts
les tendres battements
des astres
nés de tes épaules


you are here,
as before
in front of this still,
opulent door

at the tip of my fingers
the tender flutter
of stars
born from your shoulders


Wednesday, 26 August 2015

tes ailes

ton dos courbé,
oublieux à la mécanique
dense du néant

tes ailes
ont poussé au milieu
de ta voix d'encre


your curved back,
oblivious to the mechanics
of nothingness

your wings
have grown in the middle
of your voice in ink


Tuesday, 25 August 2015

silence

devant la fleur d'iris
ils se taisent,
ils se ressemblent

cet édifice
à l'angle précaire,
fureur d'un avant-monde
coupé en deux


before the iris flower
they find themselves in silence,
they are alike

this building
of an unsure angle,
fury of a previous time
cut in two


Sunday, 23 August 2015

vol muet

enivré par le soleil d'août
(déjà beaucoup plus haut)
le vol muet des hirondelles
coupe le ciel noir des figuiers



Thursday, 13 August 2015

mon regard

l'un devant l'autre,
on va parler pour longtemps
« tout se passe bien
au-delà de nos certitudes »

mon regard
obstiné,
comme une chrysalide
pivotante
vers le visage
vertical de la nuit

--

facing each other,
we'll talk for a long while
"beyond our convictions
everything is going well"

my determined
look,
like a swivelling
chrysalis
towards the vertical
face of the moon



Sunday, 9 August 2015

amor meus

je rentre chez moi
(dans les méandres
jaune foncé
des heures)

à la source
d'une ressemblance
qui veille encore
sur nos silences


I am coming back home
(in the dark yellow
meanderings
of the hours)

at the source
of a resemblance
that still watches
over our silence




Wednesday, 5 August 2015

splendor solis

incantation piégée
dans ta façon d'occuper
mes pensées

sur la surface effilée
des syllabes,
on prend le corps
de nos gestes



Saturday, 1 August 2015

rien d’évident

rien d’évident
ne se passe ce soir

(les mots s'arrangent
très lentement
dans un excès
qui nous consume)

parmi les vieux oliviers
éloignons-nous
à pas légers
de ce défi, de ce baiser





Friday, 31 July 2015

evening rain

evening rain
opens my window,
brief coherence
teared out
from our first look



Sunday, 26 July 2015

tu n'es plus là

dans les plis
de la chambre bleue

(juste le Minotaure)

on est pris
par son ombre
ressaisie
de nos rêves



Friday, 24 July 2015

cerf-volant

je ne crois pas que vous le sachiez
mais je passe mon temps
à tournoyer dans les troncs
et le rouge de l’été 

presque en riant,

même un arbre resterait
(cerf-volant)
lié à la ligne d'horizon

sinon il me demandait

du corps, des racines
et de l'eau



Sunday, 19 July 2015

tous les deux

repoussés par
l'inexplicable ordre
(tous les deux)

nageons,
comme les hippocampes
filiformes
dans cette innocence
obstinée, dans ton ventre
hyperboréen

---

thrown back by
the inexplicable order

(the two of us)

let's swim
like really thin
seahorses
in this obstinate
innocence, in your
hyperborean belly



mea insula (à Ovide)

mets tes bras autour
de mon cou

pâle indice d'un exil
synonyme à ces mûrs
en méditation


Saturday, 18 July 2015

traum

tout ce que j'ai
ce sont les sons
et la calligramme
de ton nom

(...mais la plupart du temps)
tu caches ce violon
loin de nous
toi, charmant mangeur de feu



Sunday, 12 July 2015

tes pensées

tes pensées
habillées en rouge

(fulgurance attachée
à mes habitudes)

taches de silence,
à deux



Friday, 10 July 2015

mille mots

entre nous
et le cri estompé
des mouettes

lente répétition
qui commence à noircir

mille mots
ne suffisent pas
pour défaire le tissu
de notre regard

Wednesday, 8 July 2015

speculum

(ton image)
saisir
le double jeu de la lune,
blanchir la surface
de mon regard



Tuesday, 7 July 2015

primo tempo

écoute, Eurydice!
vêtues des murmures
blancs,
les feuilles
vont sûrement franchir
leur rythme invisible



Saturday, 4 July 2015

le portrait d’Infante Isabel

ce ne sont pas tes pieds, mes mains
ou même pas ta ligne exquise

ce sont les vols des colombes
qui nous traversent

chaque fois quand on se rappelle
de renverser la clepsydre

Tuesday, 30 June 2015

autres nuits

serre ma main
d'autres nuits

j'ai banni l'attente
dans l'angle parfait des cyprès
dans le doute luisant
d'être et de savoir