Tuesday, 27 December 2016

les heures

nous inventons
les heures

les heures noyées
dans le calme
des hortensias

les heures solaires,
les heures cernées
d'un infinitésimal
oubli




Sunday, 18 December 2016

l'ombre de la rivière

nos ombres coulent 
en même temps 
que la rivière

presque en silence 
je m'appuie 
sur l'écoulement 
des ombres

mais nous
on reste toujours

dans l'ombre
de la rivière



Monday, 5 December 2016

forme d'air

forme d'air 
girouette 

insaisissable 
veilleuse 

(mise à nu) 
l'âme en
miettes


Saturday, 19 November 2016

dimension de lumière

dimension de lumière
qui se conserve en elle-même

(jamais si proche)

il disait son amour
au silence le plus intime
des nuages
et l'ordre impassible
des mots


Thursday, 3 November 2016

si peu dure

si peu dure
au-dedans de nos mots

sauf les pleurs
d'une langue morte,
sauf le vent
dans les ficelles
de la brume


Sunday, 9 October 2016

regarde l'hiver

regarde l'hiver 
de loin 
(cet espace blanc 
qui ne se pense pas)

terre calme 
sous le désir 
impondérable
de la neige

Saturday, 1 October 2016

les couteaux de la pluie

si noirs les couteaux 
de la pluie 
(l'oreille collée 
au silence de tes veines)

si bref l'instant 
de la rose
dans les ombres molles
de la nuit 


Saturday, 17 September 2016

racines de lumière

respiration
insatiable de l'été 
attardé dans 
le chant des cigales 

de nulle part, 
un déluge des feuilles 
étourdies
par leurs racines
de lumière




Thursday, 15 September 2016

l'ambre des îles

on est arrivé
à la limite illisible
du cœur
la lumière
s'enfuit dans tes pupilles
et s'accumule
dans l'ambre des îles


Sunday, 4 September 2016

tourne encore

amandier fleurissant 
(mystère fondu
dans l'ombre 
des eaux insolentes, 
dans l'ombre
des miroirs 
sans souvenirs) 
tourne encore,
année lumière 
inconstance 
immobile


Saturday, 27 August 2016

vol d'oiseau

vol d'oiseau 
sans trace
effort incessant 
à contre-cœur 
pour séparer 
les battements 
des arbres très droits 
pour redevenir 
transparence 
mêlée au lit
du vent et des feuilles



Wednesday, 17 August 2016

il est toujours là

il est toujours là 
le gardien
des fleurs funambules

là, toujours là 
le gardien 
du mouvement malléable 
de nos âmes

blanche, toujours blanche 
la voix dansante 
de la solitude 



Sunday, 14 August 2016

autrement

comment faire autrement 
pour imaginer le mouvement 
de grands arbres 
en exode

utopie de nos gestes 
propulsés 
dans la nuit blanche 
et le souffle endormi 
de la pierre 


Friday, 5 August 2016

tu es ici

tu es ici, 
comme auparavant 
devant cette porte 
opulente, immobile

au bout de mes doigts 
les tendres battements 
des astres 
nés de tes épaules


Monday, 1 August 2016

reste

reste un peu plus longtemps,
(des mots invulnérables
nous ont choisis)

dans la faible lumière
du soir
et l'accalmie des roseaux


Sunday, 24 July 2016

thin clouds

we pass
like thin clouds 
over the white fire
of birches

trecem
precum norii subțiri
peste focul alb
al mestecenilor




Thursday, 21 July 2016

le rossignol

(sans se soucier)
le rossignol nous confie
le refuge fidèle
de sa brève nuit


Saturday, 9 July 2016

on ne fuit plus

on ne fuit plus
le blanc incandescent
où se forme la nuit

on laisse venir
le vent
qui inlassablement
déchire le vol
des jeunes moineaux




Sunday, 26 June 2016

nuit des paroles ivres

période révolue,
nuit des paroles ivres
qui pulvérise(nt) ton regard
sur la paroi fine
de l'apparence


Friday, 24 June 2016

i tuoi passi

i tuoi passi sparsi
nell’ombra della pioggia

queste cadute inseparabili
sulle soglie dolorose
degli alberi svelti


Friday, 17 June 2016

dis-moi

dis-moi 
l'heure dormeuse
dans la bouche 
des anges

perpétuel regard
de la mer
renversée
par l’écho
de nos pas


Sunday, 12 June 2016

voyage élusif

voyage élusif 
sur le cercle 
de la lumière rouge 
des estuaires boréals

dans l'insomnie du nord
et le déclin de la nuit 



Thursday, 9 June 2016

le portrait d’Infante Isabel

ce ne sont pas tes pieds, mes mains 
ou même ta ligne exquise

ce sont les vols des colombes
que nous traversent

chaque fois quand on se souvient
de renverser la clepsydre



Friday, 27 May 2016

inertia

avec chaque retour
je me laisse portée
par la résonance fugitive
de tes mots

sur la ligne intangible
qui sépare les vagues



Monday, 23 May 2016

qu'on se taise

qu'on se taise
et qu'on jette nos mots 
au mélange congruent
des mers

leurre aux poissons
sages, nos mots
simplifieront
le geste des vagues
dans le calme inespéré 
des tempêtes 


Friday, 20 May 2016

ad unum

quel est ton nom,
mon île ?
oiseau inquiet
(morsure d'étincelle
qui glisse)
jongleur du
soleil noir 



Thursday, 12 May 2016

so close so far

nostalgia moves
in chaotic circles

you will not know
you will not see

uplifting
serene


Monday, 9 May 2016

tu le sais

tout au long du chemin 
(tu le sais)
obstacle rayonnant, 
la partie plus forte 
du cœur 
qui s'ouvre sans bruit, 
noyau des ailes


Sunday, 8 May 2016

durée

rien de plus simple
plus nécessaire
que cette joie nouvelle
qui me pèse
comme les orages
serrés
entre tes paupières


Thursday, 5 May 2016

la plume

entouré de noir, 
l'été coule 
dans l'ombre 
du sommeil 
où la plume 
rapproche 
l'insaisissable 
ailleurs


Monday, 2 May 2016

l'alchimie du rêve

dans le ventre 
du vent 
il y a trois soleils 
qui gardent 
l'alchimie de nos rêves 


Friday, 29 April 2016

le poids des vagues

le poids des vagues
pèse sur nos yeux
(à chaque instant)
l'amour tourne
sur lui-même
et s'allonge
dans les éclats
infimes
des vocables



l'anatomie de l'ombre

les yeux fermés
on avance
avec précision
hier encore
nos bras démesurés
se penchaient vers
les jardins de mandragores


Saturday, 23 April 2016

basium

le baiser
commence avec les yeux
(à la fois
instant imprécis)
hésitation errante
convertie
aux grains
d'infini


Sunday, 17 April 2016

myrrhe

myrrhe 
et nuit, 
la morsure du temps

peu à peu, 
je te perds de vue 
dans les silences 
entassés sur la peau
immaculée 
des miroirs 


Sunday, 10 April 2016

le verbe

sans commencement 
ni fin
le verbe s'empare 
du vent
et nous lie
à nous-mêmes 



Tuesday, 5 April 2016

hiérarchie du mouvement

hiérarchie du mouvement
vers le sens
du présent

(si proche)
sur la ligne du froid
à gauche,
à droite

je sens l'odeur
des acacias blancs
au bout de mes doigts



Friday, 1 April 2016

c'est ici

c'est ici 
qu'on retrouve 
ces fragments
de clarté

(voile chéri, 
mêlé au soir)

parole souple
qui pèse 
sur la pénombre vive


Sunday, 20 March 2016

arrête-toi

arrête-toi
encore une fois 
devant cette fragrance 
en désordre

(avec ton ruban 
vert et noir)

il a fallu 
ouvrir les ombres 
et secouer les braises 
de tous les jardins
en fleurs


Thursday, 17 March 2016

la limite

la limite 
de la pluie 
est toute droite 
elle nous frappe 
doucement
la pluie des saules 
lieu heureux 
qui brûle 



Sunday, 13 March 2016

la solitude

la solitude 
est une autre chose
chemise blanche 
(en pleine migration 
des soleils) 
la matière 
qui rompt le rythme 
de l'écriture


Wednesday, 9 March 2016

je partirai

je partirai 
comme les mots 
qui s'écartent 
de tes lèvres 
tout joyeusement 
j'écouterai 
la rivière 
qui respire 
pas loin


Sunday, 6 March 2016

les eaux de l'absence

on fait le tour 
de la terre 
pour reconnaître 
nos moindres gestes

pour redevenir 
le rythme tressé 
dans les eaux
de l'absence



Friday, 4 March 2016

hablamos

hablamos 
en la noche 
hasta cansar 
nos ojos 
con el tremblor 
de la hierba




Wednesday, 2 March 2016

U S Q U E

(dix secondes 
plus tard)

la poésie et la distance 
s'apprennent
d'une façon intime

enclave 
de lumière 
palpable, 
intermittente


Monday, 29 February 2016

G R A A L

ce chemin  remplit
un autre chemin

(jour et nuit, toute chose 
ne peut être pensée)

il a fallu le merle
et le vent 
devant nous 



Thursday, 25 February 2016

trop proche

trop proche, 
ton regard 
pèse sur l'ombre 
des sycomores

la fable est un chemin 
à contre-courant 


Sunday, 21 February 2016

tes doigts écrivent

tes doigts écrivent 
des éclairs 
glissés 
imperceptiblement 
dans l'été vorace

idiome solaire 
qui dévoile 
la caresse et
la simplicité du sable 


Friday, 19 February 2016

berceuse paisible

couleur 
d'enfance 
berceuse 
paisible 
confusion 
insupportable 
piétinement 
illogique 
mémoire 
inimitable, 
sans toi


Sunday, 14 February 2016

abrazar la caída

abrazar la caída

este hilo
se rompe

conmovedoramente,
vienes a través de otros caminos
de limón y de jade